Introduction

Écrit par Charlotte-Anne Malischewski et Erin Moores, étudiantes en droit à McGill.

In the atrium at the McGill Faculty of Law, there are two photographs side by side. The one on the left, from 1904, is of a group of twenty or so men standing on the stairs of what we now call Old Chancellor Day Hall. The photo on the right was taken one hundred and five years later, in 2009, but at first glance you might not notice that. It also shows a group of about twenty people, standing in the same spot in a black and white image. They are dressed to imitate the men in the 1904 picture, right down to fake moustaches. But everyone in the photo is a woman.

Comme la plaque à côté de la photo de 2009 nous l’explique, cette photo a été prise pour mettre en évidence ce qui a changé depuis 1904. Sur la plaque, des femmes anonymes qui nous racontent des histoires sur l’expérience des femmes à la Faculté de droit de McGill. Certains d’entre eux évoquent des expériences d’oppression, d’autres d’occasion, d’autres de tristesse ou de déception, d’autres de succès.

We created Contours because of these kinds of stories.

Ce que la photo de 2009 nous dit est vrai. Il est maintenant possible de prendre une photo qui n’aurait pas été prise en 1904 et un espace existe maintenant pour que les femmes puissent s’exprimer et être reconnues par le droit. Mais nos voix restent encore, à bien des égards, absentes dans la grande histoire du droit.

We want and need more.


“Contours is a project to map and shape the contours of debates, experiences, concerns, and aspirations.”


Contours is a project to map and shape the contours of debates, experiences, concerns, and aspirations.  It is a space for women’s voices and an invitation for us all to start a conversation.  The title of the publication will necessarily be interpreted differently by each contributor and reader.  Women’s relationship with the law is fluid and complex and we hope Contours will reflect this.


“Nous avons accueilli des réponses argumentatives et émotionnelles, théoriques et expérientielles, par écrit et de l’art, parce que nous croyons que toutes ces formes d’expression sont utiles pour développer notre compréhension des intersections entre les femmes et le droit à différents niveaux.”


Dans cette première édition de Contours, nous avons demandé aux femmes à la faculté de parler de femmes et droit. Nous avons accueilli des réponses argumentatives et émotionnelles, théoriques et expérientielles, par écrit et de l’art, parce que nous croyons que toutes ces formes d’expression sont utiles pour développer notre compréhension des intersections entre les femmes et le droit à différents niveaux. Nous avons reçu une grande variété de réponses.

For example, some contributors profile female professors and jurists to find out how they approach their work and its relationship with their family life. We learn from student Talia Joundi about how the justice system in Canada is failing migrant workers. Alumni Abigail Radis and Suzanne Jackson give us a how-to on creating a student-initiated seminar that can fill some of the holes in the law school curriculum around gender issues and the law. Shauna Van Praagh tells about the lessons a law professor can learn from the laundry. And Helena Lamed and an anonymous student remind us, in two very different ways, that no matter what, women must keep asking questions, keep raising our hands in class,  and keep making our voices and stories heard.

Nous sommes une équipe de collaborateurs passionnés. Cette première édition de Contours a été possible parce que beaucoup de femmes à la faculté ont cru en ce projet et ont voulu y participer. Nous l’avons fait ensemble.

Enjoy. Reflect. Discuss.

Advertisements